<< Doloire

Donjon >>

Dôme

subs. masc.

Charpente de dome composéForme extérieure d'un comble, le plus souvent de forme sphéroïdale, recouvrant un espace circulaire, soit que cet espace soit isolé ou fasse partie d'une construction. Les dômes peuvent cependant avoir à couvrir des espaces carrés ou polygonaux ; ils sont alors construits sur plan ayant l'une de ces formes.

Une lanterne ou un campanile (Voy. ces mots) les termine presque généralement.

Les dômes servent souvent de couverture aux voûtes sphériques ou elliptiques appelées coupoles (Voy. ce mot) ; mais leur construction est toujours indépendante de la coupole qu'ils abritent. Ils sont presque toujours construits en charpente, mais il en existe toutefois en maçonnerie, tels ceux du Panthéon à Paris et de Saint-Pierre à Rome.

Dôme de RondeletNous donnons, figure 1231, la reproduction d'un dôme composé par Mathurin Jousse pour son Art de la Charpenterie. Ce dôme a été corrigé et amendé par Rondelet dans son Art de Bâtir. Nous donnons en A la proposition de Mathurin Jousse et en B la modification de Rondelet. Ce dôme serait composé de 40 demi-fermes toutes égales, dont 8 supportent une lanterne ; huit arcades y figurent pour la décoration et huit fenêtres égales aux arcades laissent pénétrer le jour dans la petite coupole.

Notre figure 1232 reproduit, d'après Rondelet (Art de Bâtir), la forme d'un dôme de 13 mètres ayant une analogie très grande avec le dôme des Invalides à Paris. Notre figure donne en lignes pointillées les rectifications faites par Rondelet à la proposition que Fourneau donne dans son Art du Trait.

Dôme composéComme on le voit, la charpente repose sur une enrayure annulaire formée par quatre rangs de sablières ; les douze fermes rayonnent sur poinçon central qui porte l'enrayure placée au-dessus de la coupole.

La figure 1233 est un dôme composé par Styerme.

Nous donnons (fig. 1234) la reproduction du dôme des Invalides, à Paris, construit sous la direction et d'après le dessin de Jules Hardouin Mansard au XVIIe siècle. Ce dôme se compose de deux grandes fermes se croisant dans l'axe de la charpente et accompagnées de huit grandes demi-fermes et de douze fermettes. La figure 1235 montre la disposition de l'enrayure annulaire qui repose sur le haut du mur formant la tour du dôme. Cette enrayure, formée de sablières, reçoit la charpente, à laquelle elle se lie parfaitement pour s'opposer à toute poussée.

Dôme des Invalides ParisEnrayure circulaire de dôme

Cette enrayure est formée de petits goussets assemblés entre les entraits et soutenant les grands coyers doubles, et aussi d'autres goussets assemblés entre les coyers et les entraits et soutenant des petits coyers simples.

La figure 1236 montre un dôme en impériale, sur pavillon carré ; la figure 1237 en est le plan.

Dôme en impériale carréDôme en impériale carré

On appelle dômes tors ceux qui, établis sur des plans polygonaux, ont leurs arêtiers en forme de spirales plus ou moins contournées.

On donne le nom de dômes en cul-de-four à ceux fréquemment employés pour les fours de boulangerie, dont la base n'est pas circulaire et dont l'intrados est une surface courbe.

Un dôme est surmonté quand il a la forme d'un demi-sphéroïde allongé ; il est surbaissé quand cette forme paraît aplatie. (Voy. coupole, voute.)