<< Feuillet

Fibre >>

Feuillure

subs. fém.

Élégi, angle rentrant le plus souvent d'équerre, poussé le long de la rive d'une pièce de bois, telle que poteau d'huisserie, bâtis, etc., et destiné à recevoir une partie de menuiserie mobile ou fixe.

Fig. 1618. Poteau d'huisserie avec feuillure A. Les feuillures se poussent avec le feuilleret, le guillaume, ou avec le bouvet de deux pièces. (Voy. ces mots.) Quand les bâtis qui doivent recevoir une partie de menuiserie ne sont pas assez épais ou pour toute autre cause, on pousse quelquefois une feuillure sur la partie que doit recevoir le bâti ; cette double feuillure prend le nom de contre-feuillure.

Fig. 1619. Porte avec contre-feuillure B s'ajus-

tant dans un bâti dormant A d'une faible épaisseur. Feuillure a verre, se dit des feuillures que l'on

pousse sur les bâtis et les petits bois des châssis vitrés, pour recevoir les verres.

Fig. 1620. Feuillure a verre pour parties vitrées. Feuillures de fermetures, celles que l'on pousse sur la rive des battants milieu des portes, des persiennes, des volets, etc., ayant plusieurs vantaux.

Fig. 1621. Feuillures de fermeture pour menuiseries à plusieurs vantaux. La baguette poussée sur les parements sert à égaliser les champs; on la

Fig. 1621. Feuillures de fermeture pour menuiseries à plusieurs vantaux. La baguette poussée sur les parements sert à égaliser les champs; on la

nomme baguette de fermeture. Elle est remplacée quelquefois par un simple élégi, principalement dans les persiennes.

Fig. 1622. Feuillure de fermeture avec battement ou côte élégie dans la masse, embrevée ou rapportée à plat.

Pour les portes-croisées, surtout celles qui sont au rez-de-chaussée, la gueule-de-loup est souvent remplacée par des feuillures soit en pente, soit en doucine, comme celles représentées par les figures 1623 et 1624. Elles sont peu employées à cause des difficultés qu'elles présentent pour les serrures. Les feuillures carrées sont toujours préférables.

Fig. 1625. Feuillure évasée pour porte ouvrant dans l'ébrasement.

La figure 1626 montre deux moyens employés le plus souvent pour la préparation des feuillures. L'un au moyen de deux coups de bouvets de deux pièces, dont le deuxième peut détacher complètement la partie de bois à enlever ; le deuxième se fait par deux traits faits à la scie circulaire qui détachent la tringle, laquelle peut être utilisée. Dans l'un comme dans l'autre cas, la feuillure se finit au rabot à élégir et au guillaume.

II. Constr. Entaille à angle droit que l'on fait dans les pieds-droits et le linteau d'une porte pour y placer le bâti dormant sur lequel sont ferrés les châssis de croisée ou les vantaux de porte.

Dans les baies qui ont un ébrasement, la feuillure A se trouve entre l'ébrasement et le tableau. Fig. 1627.

Prix : Menuiserie au mètre linéaire.

feuillure, rainure, moulure, arrondi, nervure.

En sapin, jusqu'à 0m03 de largeur développée. P. S. 0f08

? pour chaque 0m01 en plus ; en plus. P. S. 0 015

En chêne, jusqu'à 0m03 de largeur développée. P. S. 0 11

? pour chaque 0m01 en plus ; en plus. P. S. 0 02

Les feuillures, moulures ou rainures poussées à bois de

travers sont payées le triple.

Chaque membre de moulure en ( P comme une feuillure, plus est compté.........( S 1/3 du premier corps.

Les légers arrondissements en abatage de rive, les mises d'épaisseur jusqu'à 0m03 de largeur et les chanfreins sur barres sont payés moitié des prix ci-dessus.

Dans les feuillures au pourtour des lambris, les parties à travers bois en bout des battants et travers ne donnent lieu à aucune plus-value.

Prix : Charpente au mètre linéaire.

Au chantier. ............P. 0f45 S. 0f40

Sur le tas..............P. 0 70 S. 0 66

Brute non dressée, sur bois brut........S. 0 30

Prix : Voy. arrêt, hachement.