Ordre

subs. masc.

Proportions et dispositions spéciales des parties principales d'un édifice, particulièrement des colonnes, pour le rendre harmonieux et en faire un bel ensemble.

ordre toscan, dorique, ionique, corinthien et composite

Un bâtiment peut être d'un ordre déterminé sans avoir de colonne; il suffît qu'il soit construit selon les proportions de cet ordre.

L'entablement, la colonne, le piédestal sont les trois éléments qui composent un ordre d'architecture. Le piédestal étant quelquefois supprimé, l'entablement et la colonne sont les deux éléments essentiels, et. particulièrement, le chapiteau de la colonne sert à caractériser un ordre.

Les proportions des parties principales constitutives d'un ordre sont basées sur le demi-diamètre de la colonne pris à sa base et que l'on nomme module. (Voy. ce mot.)

Suivant les ordres, le module se divise en douze ou dix-huit parties appelées minutes.

Il y a cinq ordres d'architecture, ayant chacun des formes et des ornements particuliers.

Trois de ces ordres : le dorique, l'ionique et le corinthien sont les seuls qui aient été connus des Grecs, le toscan et le composite ont pris naissance en Italie. Vitruve ne parle pas du composite.

L'ordre dorique romain, denticulaire ou mutulaire, est une modification de I'ordre dorique grec.

L'ordre toscan se reconnaît à sa simplicité; certains auteurs le classent comme le plus ancien.

Le dorique a un entablement dont la frise est ornée de triglyphes et de métopes.

L'ordre ionique se distingue par les volutes dont son chapiteau est orné.

Le corinthien, par le double rang de feuilles, par les caulicoles et les volutes qui soutiennent le tailloir du chapiteau; sa corniche est ornée de modillons.

Le chapiteau de l'ordre composite est formé des deux rangs de feuilles du corinthien et des volutes du chapiteau ionique. (Voy. chacun de ces ordres.)

On donne le nom d'ordre attique, à un ordre à proportions peu élevées composé de pilastres supportant un entablement sans frise ou architrave élevé au-dessus d'un ordre principal et formant la partie supérieure de l'édifice.

Sa hauteur, en y comprenant le piédestal et la corniche, a la moitié de la hauteur de l'ordre sur lequel il est élevé, que celui-ci ait ou non des piédestaux. Cet ordre était connu des anciens, bien qu'il fût un peu différent. Pline dit que les colonnes en étaient carrées; et Vitruve le décrit ainsi : le chapiteau a un collier ou gorgerin avec un rang de feuilles, un rondeau, un ove, une plate-bande, une gueule renversée et un listel. Le fût est carré et partout, d'une égale épaisseur. Le bas de la colonne consiste en une plinthe, un tore, un listel, une cymaise dorique et un rondeau.

L'ordre persique ou caryatide se distingue par les figures d'esclaves ou de femmes qui remplacent les colonnes pour supporter l'entablement.

Les ordres superposés qui ornent une façade prennent le nom d'ordres assemblés; les axes des colonnes doivent alors se correspondre dans leur prolongement, et les ordres qui offrent un caractère de solidité doivent supporter ceux qui ont plus d'élégance.

On donne le nom d'ordre composé à toutes les ordonnances qui s'écartent des règles et des proportions ordinaires, et qui n'ont aucun rapport avec les cinq ordres d'architecture.

Ordre français, dont le chapiteau est compose d'attributs relatifs à la nation française, tels que têtes de coq, fleurs de lis, etc., et qui a les proportions corinthiennes.

Ordre gothique, très éloigné des proportions et des ornements antiques; les colonnes en sont ou trop massives ou trop menues ; les chapiteaux sont ornés de feuilles et de chardons.

Ordre rustique fait de refends et de bossages.

Vignole,, Palladio, Scamozzi, architectes italiens, ont établi les règles des cinq ordres. Vignole s'est plu à attacher, à fixer, à déterminer les proportions de toutes les parties des colonnes.

Le piédestal est le tiers de la colonne; l'entablement en est le quart.

Si la colonne n'a pas de piédestal, on donne le cinquième de sa hauteur à l'entablement, et quatre cinquièmes à la colonne.

Palladio a groupé les éléments divers des cinq ordres, et Scamozzi en a fixé les proportions.

Les figures 2768, 2769, 2770 mettent à côté les uns des autres les cinq ordres grecs et latins, et permettent d'établir les différences qui existent entre chacune de leurs parties.

A, ordre toscan.

B, odre dorique.

C, ordre ionique.

D, ordre corinthien.

E, ordre composite.

Mise à jour 2019-01-04


Lettres

Ce dictionnaire en version papier

Dictionnaire pratique de menuiserie ébénisterie charpente - Justin Storck Nouveau dictionnaire pratique du bois de menuiserie ébénisterie charpente Georges Cartannaz