<< Emeri

Emmanchement >>

Emmagasinement (des bois)

subs. masc.

Action de mettre les bois dans des magasins en attendant leur débit ou leur mise en travail.

Les choix des magasins dans lesquels doivent

être placés les bois est une opération délicate, la moindre négligence pouvant les détériorer et occasionner des préjudices considérables.

Les bois conservés en grume, débités ou équarris, lorsqu'ils sont récemment abattus sont sensibles aux courants d'air très sec, comme à une chaleur excessive et aux alternatives d'humidité et de sécheresse.

Une dessiccation trop rapide, par air trop sec ou chaleur trop vive, hâle le bois et le fait fendre.

Un magasin où la température est trop élevée, alors que le bois n'est pas parfaitement sec, échauffe le bois et le pousse à la vermoulure et à la pourriture sèche. Le bois échauffé répand une odeur acide qui fait reconnaître son état.

Si l'emmagasinement est fait dans un endroit humide ou privé d'air, les bois souffrent de la pourriture humide. Enfin, les alternances de sécheresse et d'humidité occasionnent également un genre spécial de pourriture.

Il ne faut jamais laisser les bois en contact avec la terre. La végétation qui pousse autour est un agent actif de pourriture. Même en forêt, lorsqu'ils viennent d'être abattus et qu'ils ne peuvent être immédiatement transportés, les bois doivent être surélevés de terre par des cales ou des rondins ; ils doivent être couverts de branchages pour être garantis du soleil qui, opérant un dessèchement trop rapide, fait fendre et gercer le bois.

Les hangars où sont placés les bois ne doivent pas être ouverts de tous côtés ; le mieux serait de pouvoir obtenir et modifier l'aération à volonté dans des hangars spacieux à l'abri de toute surprise atmosphérique, où les bois seraient à l'abri du soleil et de la pluie sans cesser d'être exposés à l'air.

Les murs doivent être percés de fenêtres garnies de volets que l'on peut ouvrir ou fermer à volonté selon la saison et l'état atmosphérique. La toiture portant des lucarnes et des cheminées servant de ventouses et que l'on ferme et ouvre selon les circonstances. Le sol du magasin doit être plus élevé que le sol environnant ; il ne doit jamais être planchéié mais pavé, ou plutôt bétonné, ou asphalté.

Les bois emmagasinés doivent être fréquemment remués, changés de place et de sens d'empilement, retournés sur toutes leurs faces ; ils doivent passer d'une place à une autre dans la même pile ; et, à chaque opération, leur état doit être très attentivement examiné ; les pièces détériorées ou en état de détérioration doivent être sorties et les piles qui les contenaient doivent être enlevées du magasin et mises en un endroit plus aéré.

Le même examen doit porter sur les cales ou rondins séparatifs, qui doivent toujours être absolument sains afin de ne communiquer aux bois aucun germe de détérioration.

Il ne faut laisser dans les magasins ni écorce, ni sciure, lorsque l'on est obligé de débiter les bois dans les locaux où on les conserve ; car, écorce ou sciure peuvent contenir des insectes et en tous cas

entrent rapidement en fermentation. (Voy. empilement.)