<< Haie

Happe >>

Hangar

subs. masc.

HangarConstruction légère, close ou ouverte, dans laquelle on dépose des marchandises ou des matériaux.

Les hangars adossés (fig. 1799) à un mur de clôture ou à toute autre construction et dont le toit n'a qu'une pente, se nomment particulièrement appentis. (Voy. ce mot.) Dans ce cas, les pièces qui soutiennent la toiture sont scellées par une extrémité dans le mur d'adossement et rapprochées à l'autre extrémité par des piliers en bois, de fort équarrissage, reposant sur des dés en maçonnerie.

Les hangars isolés de toute construction se font le plus souvent avec une toiture à deux pentes.

Dans ce cas, ils se composent de poteaux plus ou moins nombreux, selon l'importance du hangar, reposant sur des dés en pierres ou en briques ou sur un parpaing ; l'intervalle entre les poteaux peut parfois être rempli par de la maçonnerie dans laquelle sont noyés les poteaux. La partie supérieure s'assemble dans une sablière renforcée par des aisseliers sur laquelle vient s'appuyer une des extrémités des chevrons, l'autre posant sur le faîtage et les pannes supportées par des fermes correspondantes aux poteaux.

Fig. 1800. Vue perspective d'un hangar.

Ces sortes de construction varient selon leur destination, leur importance et la durée qu'elles doivent avoir.

Nous n'avons à examiner ici, parmi les nombreux systèmes qui s'exécutent ordinairement, que ceux qui correspondent aux besoins les plus fréquents.

Pour les hangars à grande portée, les fermes se font en général d'après le principe représenté par notre figure 1801. Les poteaux de soutien sont formés de piliers réunis par des traverses et des écharpes.

Le système Petit-Jean consiste (fig. 1802) en piliers réunis par des tirants en fer. Ce système est simple et économique.

C'est à peu près le même principe qu'a adopté M. Pombla (fig. 1803), mais il a remplacé tout le système des fermes Petit-Jean par des pièces cintrées soutenues par des tirants et des tringles métalliques.