<< Bouvement

Boxe >>

Bouvet

subs. masc.

Bouvet et bouvet de deux piècesOutil à fût servant à pousser des rainures ; on l'emploie plus particulièrement par paires dont l'un fait la rainure et l'autre la languette. Ces derniers prennent le nom de bouvet à joindre et se font suivant les épaisseurs des bois d'échantillon.

Ceux de 0m,010, 0m,013 et 0m,018 sont réunis sur un seul fût ; la languette d'un côté, la rainure de l'autre ayant une joue ou conduit qui leur est commun. Fig. 534.

Ceux de 0m,027, 0m,034 et 0m,041 forment deux outils séparés.

Ceux de 0m,034 et de 0m,041 sont quelquefois munis de poignée.

Fig. 535. Languette.

Fig. 536. Rainure.

Les fers des languettes des bouvets de 0m,10 a 0m,018 et même 0m,027 sont d'un seul morceau fendu à son extrémité en forme de fourchette (fig. 537), dont les dents formées par le fer sont écartées de l'épaisseur du fer qui pousse la rainure : la lame de gauche est toujours un peu plus large et encastrée dans la joue de l'outil pour ne pas laisser de bavure sur l'arête du joint.

Pour les bouvets au-dessus de 0m,027, les fers de la languette sont séparés sur le fût et comme les précédents écartés de l'épaisseur de la rainure. La rainure doit avoir un peu moins que le tiers de l'épaisseur du bois afin de laisser de la force aux joues qui ont encore à subir l'affleurement ou replanissage.

Les joints des bois au-dessus de 0m,041 se font au moyen de languettes rapportées dans les rainures poussées avec un bouvet sur chacun des morceaux. On dit alors que ces bois sont joints à fausse languette ou à languette rapportée.

Bouvet de deux pièces.

Cet outil se compose : d'un bouvet sans joue à languette de bois ou de fer et d'une autre pièce appelée conduit. Le conduit est traversé en épaisseur par deux tiges carrées qui peuvent y coulisser, et sont tenues fixes quand l'outil est pointé au moyen des clefs qui traversent la largeur du conduit.

Fig. 538. Bouvet de deux pièces, démonté.

Le bouvet est fixé sur les tiges du conduit au moyen de vis de bouvets ou boulons dont les écrous sont encastrés dans les tiges.

Fig. 539. Bouvet de deux pièces, monté.

bouvet de parqueteurAinsi monté, le bouvet de deux pièces peut pousser des rainures aux distances que permettent les tiges ; on change le bouvet pour une autre épaisseur.

On peut également y monter des fûts différents tels que tarabiscots, noix ou un membre de moulure quelconque. Citons enfin le bouvet de parqueteur (fig. 540), qui sert à faire les languettes et dont le devant, muni de deux anneaux, permet de tirer l'outil en même temps qu'un autre ouvrier le pousse par la poignée.