<< Marseillaise

Marteler >>

Marteau

subs. masc.

Marteaux de menuisier, charpentier, à plaquer et à pointeI. Outil dont on se sert pour frapper et qui est composé d'un manche en bois, plus ou moins long, à l'extrémité duquel est adaptée une masse de fer ou d'acier qui varie de forme suivant les professions auxquelles le marteau est destiné. Un marteau se compose de la tête qui est rectangulaire ou ronde et un peu bombée ; la panne, face opposée à la tête ; elle est amincie au moyen d'une gorge partant de la partie supérieure ; l'œil qui est le trou dans lequel pénètre le manche, dont l'extrémité est serrée dans l'œil du marteau au moyen d'un coin de fer et d'un léger évasement de l'œil du côté de l'entrée du coin.

Fig. 2399. Marteau de menuisier.

Fig. 2400. Marteau de charpentier avec panne à pied de biche pour arracher les clous. Ce marteau se fait également selon la forme indiquée par la figure 2401.

Fig. 2402. Marteau à plaquer ; la panne est élargie pour presser le placage en le collant ; se fait aussi selon la forme indiquée par la figure 2403.

Fig. 2404. Marteau à pointes dont la moitié de droite du pied de biche est remplacée par une pointe destinée à faire, sans changer d'outil, les trous aux places où l'on veut chasser les clous ; la panne fendue pouvant servir également à les arracher.

Le serrurier emploie toute une variété de marteaux selon les travaux qu'il a à exécuter.

II. Serr. On donne le nom de marteau ou de heurtoir à des pièces de serrurerie souvent très ouvrées, que l'on fixe sur la face extérieure des portes cochères. Les sonneries en ont rendu l'usage à peu près inutile aujourd'hui ; ils servent plutôt comme décoration ou comme poignée.

III. Petite pièce de fer qui frappe sur les timbres pour les faire sonner, quand on la met en mouvement.

Prix : Le marteau de menuisier vaut, selon la dimension, de 0 fr. 50 à 2 fr. 50 la pièce, non emmanché ; l'emmanchement fait une plus-value de 0 fr. 40 par pièce. Le marteau de charpentier vaut 3 fr. 25 ; celui à placage, 1 fr. 75