<< Rôle

Roman (Style) >>

Romaine (Architecture)

adj. fém.

Les Romains empruntèrent aux Grecs non seulement la disposition générale de leurs monuments, mais aussi les principaux ordres servant à leur décoration, tels que le dorique, l'ionique, le corinthien (voy. ces mots) et plus particulièrement ce dernier que l'on retrouve dans une quantité des monuments qui subsistent de cette époque ; ce n'est que plus tard qu'ils utilisèrent le composite.

L'architecture romaine, malgré ses emprunts, a des caractères qui lui sont personnels ; ses monuments : temples, théâtres, arcs de triomphe, etc., sont bien des œuvres qui lui sont propres et qui, dans leur conception générale, n'empruntent rien de l'étranger.

Ce qui caractérise plus particulièrement l'architecture romaine, c'est son procédé pratique et durable, souvent aux dépens de l'élégance. Les piliers sont trapus, carrés, très souvent accouplés ; ils soutiennent des arcs en plein cintre ; la décoration sculpturale est toujours sacrifiée et se compose de damiers, de dents de scie, de méandres d'étoiles.

Les Romains ont-ils connu la charpente ? c'est vraisemblable ; ils l'ont très peu employée et l'ont remplacée par la brique ou les matériaux légers en maintes circonstances ; on n'a aucune trace de leur connaissance en charpenterie.

On peut en dire autant pour ce qui concerne la menuiserie considérée comme revêtement ; leurs murs étaient recouverts de stucs, de marbres, de mosaïques.

Cette architecture ne changea d'aspect que lorsque le siège de l'empire fut transporté à Byzance ; elle devient alors plus décorative, plus ornementale et devient l'architecture romane (voy. ce mot), appelée très souvent byzantine ou romane byzantine.

L'ornementation romaine, justement par l'inspiration qu'elle prit dans l'art grec, a des analogies grandes avec l'ornementation grecque ; la feuille d'acanthe y est fort employée, mais elle est plus touffue, plus aiguë que dans la sculpture grecque ; les arabesques sont également un peu plus lourdes ; des trophées guerriers s'y mêlent souvent à l'ornement ; les moulures sont décorées d'oves, de rais de cœurs, etc.