<< Charnons

Charpentier >>

Charpente - Charpenterie

subs. fém.

On nomme charpente l'ensemble des pièces de bois équarri ou de fer qui servent au soutien ou à la construction d'un édifice.

On donne le nom de charpente et de charpenterie aux règles selon lesquelles ces pièces de bois ou de fer doivent être employées, ainsi qu'aux règles selon lesquelles les arbres doivent être équarris, taillés, assemblés pour former les divers ouvrages tels que : pans de bois, planches, combles, escaliers, etc., ainsi qu'aux calculs établissant l'emploi, la combinaison, la force, la résistance de ces pièces de bois ou de fer et aux tracés ou épures du travail que doit exécuter l'outil.

La charpente a existé à toutes les époques. Les premières cabanes que les hommes se sont construites n'étaient pas autre chose que l'emploi des arbres ligaturés, ajustés, disposés, combinés selon les ressources dont l'être humain disposait alors.

Cet art se perfectionna à mesure que l'ingéniosité de l'homme mit à sa portée des outils plus parfaits.

La charpente se divise en deux parties :

1° La Théorie qui est l'application de la statique et de la géométrie à la combinaison des assemblages et au choix des bois à employer. Les dessins que les charpentiers font sur un sol préparé ad hoc pour figurer dans leurs dimensions réelles les pièces avec leurs joints et leurs assemblages se nomment épures ; ils prennent le nom d'ételons quand les pièces n'y figurent que par leurs lignes d'axe. (Voy. ces mots)

2° La Pratique qui est le tracé sur le bois des différentes coupes nécessaires à l'assemblage, à l'accouplement des pièces, ainsi que le levage et la mise en place.

Le charpentier doit connaître la géométrie, la descriptive et la statique.

Les bois plus particulièrement employés par le charpentier, sont le chêne, le sapin, le pin, l'accacia, le chataignier, etc...

Les principaux outils dont se sert le charpentier sont : la bisaigüe, l'ébauchoir, le bédane, les ciseaux, pour creuser les bois ; la tarière, la cognée, l'herminette, la doloire, la hache, la scie, pour les tailler ; le guillaume, le rabot, la varlope, le bouvet, pour parer les parements des pièces ; le marteau, le maillet, pour ajuster les assemblages ; le compas, l'équerre, le trusquin, le cordeau, le fil à plomb, la jauge, pour préparer le travail et la chèvre, pour mettre en place.

Si dans beaucoup de pays, à cause de certaines conditons climatériques, la maçonnerie et le fer se sont substitués à la charpente en bois, il existe encore des pays très riches en forêts : Suisse, Hollande, Norwège, Russie, etc., ou l'ossature entière des maisons est faite en charpente de bois

Prix. Charp : au mètre cube.

Les travaux de toute charpente en raccord avec de la vieille charpente et dont la taille a été faite sur place, subissent par mètre cube une plus value de P. 7 fr. 80 ; S. 7 fr. 92. Cette plus value ne supposant pas à l'allocation des tenons, mortaises ou entailles faits sur vieux bois restés en place.