<< Tabletterie

Tabouret >>

Tablier

subs. masc.

Tablier de porte cochèreI. Constr. Nom donné à l'ensemble résultant des diverses pièces constituant l'aire d'un pont sur laquelle on circule.

II. Vêtement en toile dont les ouvriers menuisiers et ébénistes se servent pour protéger leurs vêtements ; il est maintenu par un crochet.

III. Ornement sculpté sur la face d'un piédestal.

IV. Men. Panneau saillant, ordinairement d'assemblage, que l'on rapporte avec des clefs et des vis sur l'appui d'une porte cochère. (Voy. ce mot.)

Le panneau est encadré dans un bâti assemblé d'onglet à travers champ ; il se compose de montants et de traverses disposés en sens contraires et assemblés carrément ou diagonalement.

Les figures 4027, 4028, 4029 en montrent des exemples.

V. Rideau en feuilles de tôle qui se place au devant d'un foyer de cheminée et sert à en régler le tirage.

VI. Serr. Partie de la forge où se place le feu.

VII. Ebén. Nom que l'on donnait autrefois à ce que nous appelons aujourd'hui damier ; plateau composé de cases blanches et noires sur lesquelles on joue aux échecs et aux dames.

On lit, en effet, dans Joinville (Jean, sire de Joinville, 1224-1319), que le roi ayant appris que le comte d'Anjou, son frère, jouait avec messire Gautier de Nemours « il se leva, et alla tout chancelant pour la grande foiblesse de la maladie qu'il avoit, et quand il fut sur eux, il print les dez et les tables et les gesta eu la mer, se courroussant très fort à son frère de ce qu'il s'estoit siloust prins à jouer au dez et que autrement ne lui souvenoit plus de la mort de son frère, le comte d'Artois, ne des périls desquels Notre-Seigneur les avoit délivrés ; mais messire Gautier de Nemours en fut le mieux payé, car le roi gesta tous ses deniers qu'il vit sur les tabliers, après les dez et les tables, en la mer ».