<< Louis XII (Style)

Louis XIV (Style) >>

Louis XIII (Style)

Fauteuil Louis XIII au palais de FontainebleauBien que le règne de ce roi soit de 1610 à 1643, le style auquel il a donné son nom correspond à une période antérieure, fin du XVIe siècle, et va jusqu'à la minorité de Louis XIV ; on peut donc admettre que déjà dans les dernières années de Henri III et aussi sous Henri IV, le style dont nous nous occupons avait fait son apparition et établi ses règles. Si on lui a donné le nom de Louis XIII, c'est parce que sous ce roi, en plein règne, ce style était dans sa pleine éclosion et avait fixé définitivement les nouvelles bases de l'art décoratif.

On comprend aisément que la limite soit difficile à saisir de l'époque à laquelle commence et finit un style nouveau. La transition ne se fait pas brusquement, on n'abandonne pas du jour au lendemain tous les principes sur lesquels on a vécu pour en adopter de nouveaux. Le passage se fait insensiblement, par des transformations successives, par des changements insensibles qui vont toujours s'accentuant et qui font qu'une forme nouvelle naît peu à peu d'une autre forme originale à laquelle elle ne ressemble point. D'une façon générale, on a donné aux styles le nom de l'époque à laquelle ils avaient parcouru la plus grande étape des transformations nouvelles avant de passer à d'autres transformations.

Dans le style Louis XIII, on retrouvera donc des rappels nombreux de la Renaissance. Ce style qui avait eu sa pleine période d'élégance, de finesse et de goût sous le règne de Henri II se modifiait peu à peu, altérait ses formes et ses principes de décoration pour en accepter de nouveaux et c'est ce qui produisit le style Louis XIII. Nous verrons ce nouveau style subir à son tour, par le fait du changement dans le goût, dans les idées et dans la mode, des changements notoires, et c'est ce qui donnera naissance au style Louis XIV. Mais, jusqu'à la fin de la minorité de ce roi, on peut admettre que les arts décoratifs vécurent en suivant les règles du style qui commença à se former dans les dernières années du règne de Henri III. On peut donc reconnaître que le Louis XIII va de 1600 environ jusqu'à 1662.

Et, comme nous venons de le dire, nous retrouvons dans ce style les signes distinctifs du style Renaissance ; ce sont les mêmes profils de moulures, assez compliqués, assez importants et massifs ; ce sont les mêmes guirlandes et chutes de fleurs traitées grassement, largement ; ce sont les mêmes figures humaines décorant les panneaux et offrant les mêmes aspects qu'à la Renaissance, c'est-à-dire ayant les têtes plutôt petites sur des cous allongés, les corps d'hommes nerveux et musclés, les corps de femmes avec des formes plutôt développées, tout en demeurant élégantes.

Il n'est plus question des ornementations rappelant l'époque du style gothique. Le plein cintre est absolument adopté et l'ornement au lieu d'être un peu maigre et de formes aiguës, comme dans le style ogival, est devenu gras, arrondi.

Le style Louis XIII englobe donc la période connue sous le nom de style Henri IV. Le mariage de ce roi et de Marie de Médicis amena en France un certain nombre d'artistes italiens qui, sur la Renaissance à son déclin, greffèrent des réminiscences de la Renaissance italienne expirante elle-même. Au point de vue de l'architecture, l'ancienne place Royale à Paris, actuellement place des Vosges, présente l'exemple le plus frappant des caractères de ce nouveau style.

C'est de la même époque, ou de quelques années plus tard, 1615, que date la construction du Palais du Luxembourg, dont les plans furent dressés par Jacques de Brosse qui en dirigea l'exécution, sur l'ordre de Marie de Médicis.

Partie supérieure d'un cabinet Louis XIII au musée de ClunyOn retrouve, dans la menuiserie comme dans l'ébénisterie, les caractères qui s'observent dans l'architecture ; ce sont des masses un peu lourdes, aux formes carrées et anguleuses, avec abondance de colonnes et de traverses torses autour desquelles s'enroulent souvent des guirlandes de fleurs et de fruits. Les cuirs avec leurs banderolles et ornés de figures et de mascarons plus ou moins grotesques sont également une des ressources de la décoration de cette époque.

La figure 2070, qui reproduit la partie supérieure d'un cabinet Louis XIII au musée de Cluny, à Paris, donne une idée très fidèle des caractères généraux et essentiels de ce style. On remarquera combien les figures, qui sont abondamment réparties dans les panneaux, sont musclées, nerveuses et d'une suprême élégance. Un peu partout sont sculptées des têtes humaines ou d'animaux, presque toujours accompagnées d'ailes vigoureusement découpées. Ce cabinet est orné d'incrustations d'ivoire.

On retrouve les mêmes caractères, les mêmes principes d'ornementation et de décoration dans le meuble à deux corps représenté par la figure 2071.

Bien que d'une forme moins gracieuse que le meuble de la figure 2070, celui-ci n'est pas moins intéressant par les sculptures d'un caractère particulier dont il est agrémenté.

Meuble deux corps Louis XIII

La figure 2072, qui reproduit une armoire à deux corps du musée du Louvre, à Paris, est tout aussi remarquable que les figures précédentes et non moins abondante en sculptures bien caractéristiques.

Armoire deux corps Louis XIII au musée du Louvre

On retrouve dans la figure 2073, buffet à deux corps, tous les signes distinctifs qui ont été décrits plus haut : guirlandes avec draperies, tètes saillantes d'anges, de lions, figures humaines aux muscles saillants, grande abondance d'ornementation dans les panneaux.

Buffet à deux corps Louis XIII

Les sièges, aussi bien que les meubles et que la menuiserie, trahissent les mêmes caractères ; ils sont toujours ornés de rinceaux, d'acanthes abondantes dans les traverses, les bras, les dossiers, les jambes, ornementations un peu épaisses et massives. Les figures 2074 et 2075 en donnent des modèles qui ont souvent été recopiés pour l'ameublement moderne.

Fauteuil Louis XIII au palais du Louvre

Fig. 2074. Fauteuil Louis XIII, au palais du Louvre, à Paris.

Fauteuil Louis XIII au palais de Fontainebleau

Fig. 2075. Fauteuil Louis XIII, au palais de Fontainebleau.

La menuiserie proprement dite, celle qui avait à décorer de grandes surfaces, était moins luxueusement traitée, c'est-à-dire que l'ornementation, tout en restant aussi abondante, était plus largement traitée, plus grasse. Les cartouches y jouent un très grand rôle, comme on le voit dans la figure 2076 qui reproduit des portes cochères, d'après Pierre Callot, artiste de cette période du XVIIe siècle. On voit combien plantureuses y sont toutes les formes, toutes les moulures, toute l'ornementation. Les panneaux, qu'ils soient à angles droits ou cintrés, y sont presque toujours accompagnés de petits panneaux qui les encadrent et les complètent.

Un autre maître de cette même époque, Crispin de Passe (1642), permet de compléter le signalement du style Louis XIII. On trouve, en effet, dans la figure 2077, cheminée en bois sculpté, la même vigueur d'ornementation, les mêmes figures humaines aux formes opulentes, le même emploi des cartouches et de toutes les formes ornementales qui s'en rapprochent ; la mouluration est forte.

Cheminée en bois sculpté de style Louis XIII

D'un aspect tout différent, mais d'une vigueur non moins grande est la cheminée du cabinet de Sully, que reproduit la figure 2078. Là, l'artiste s'est fixé un programme bien déterminé, celui d'éliminer de sa composition les ornements et les rinceaux, pour faire une œuvre plus classique, plus sérieuse, plus officielle, comme il convenait à la décoration de l'appartement d'un grand ministre. Mais on retrouve la même puissance dans la mouluration, le même aspect vigoureux et énergique.

Cheminée du cabinet de Sully

Tels sont les caractères bien déterminés du style Louis XIII. On retrouve comme un dernier reflet de la décoration si éblouissante, si riche, si intelligente de l'époque de la Renaissance. Mais, à côté de ces œuvres très décorées, très fouillées en sculptures de tous genres, le Louis XIII comporte également des œuvres plus sévères, toutes de lignes et qu'aucune sculpture ne vient rehausser. Là, c'est la pureté seule des profits et les bonnes proportions données à l'objet qui en feront toute la valeur artistique. La figure 2079, cabinet Louis XIII, au musée de Cluny, à Paris, en donne un exemple bien intéressant. Ce meuble est en cuir gaufré ; tous les panneaux, tous les champs sont recouverts de cuir ; les formes des colonnes, les lignes générales de la composition donnent une idée très précise de ce nouvel aspect du style Louis XIII. C'est une œuvre remarquable par la pureté de ses profils et sa grande simplicité.

Cabinet Louis XIII au musée de Cluny

La figure 2080 reproduit une porte Louis XIII qui se voyait encore à Paris, il y a quelques années ; travail très simple de menuiserie, mais qui est intéressant par cette simplicité et par la pureté de ses moulures. Nous en donnons les coupes essentielles à grande échelle.

Porte Louis XIII à Paris

Le style Louis XIII est un peu sacrifié de nos jours, aussi bien pour la menuiserie que pour l'ébénisterie. Il est réservé soit aux travaux fort simples dont toute la valeur consiste en proportions bien gardées et en profils très purement tracés, soit aux travaux très riches et très couverts de sculptures.

Lit Louis XIIIAinsi les meubles courants, ordinaires, tels que le lit et l'armoire reproduits par les figures 2081 et 2082, sont en style Louis XIII.

On retrouve là les colonnes torses, la raideur de formes, l'acuité d'angles dont nous avons parlé plus haut, et qui caractérisent si bien ce style. Ce sont des profils raides, des formes lourdes empruntées évidemment à l'art italien et qui n'ont plus la moindre ressemblance avec l'élégance et la bonne grâce de notre Renaissance.

Armoire Louis XIII

Le buffet 2083, qui est d'ébénisterie moderne, est de l'époque qui termine le règne de Henri III ; il se ressent encore de l'inspiration de la Renaissance dont il a gardé maints détails en les arrangeant aux besoins actuels.

Buffet Louis XIII d'ébénisterie moderne

La cheminée 2083A s'est mieux inspirée du Louis XIII dont elle a conservé l'aspect sévère, la mouluration saillante.

Cheminée d'inspiration Louis XIII

Les sièges 2083B sont absolument d'époque ; la forme des bras et des balustres, aussi bien que les dossiers droits et rectangulaires, sont la reproduction fidèle des modèles du Louis XIII, simplifiés mais conservant tout le caractère de ce style, comme on peut s'en assurer en les comparant aux figures 2074, 2075, qui sont des copies de sièges anciens.

Sièges d'époque Louis XIII

Quant aux travaux riches, ils sont à peu près tous, aussi bien en menuiserie qu'en ébénisterie, inspirés des modèles anciens qu'ils reproduisent dans leurs dispositions d'ensemble aussi bien que dans leurs détails.