<< Barrage

Barreau >>

Barre

subs. fém.

Barre à chanfrein et barre à queuePièce de bois ou de métal étroite et longue.

I. Men. Le mot barre signifie une portion de planche, brute ou corroyée, qui se pose en travers de plusieurs planches que l'on veut réunir ; elle est fixée avec celles-ci au moyen de clous ou de vis.

Fig. 379. Barre à chanfreins ou barre chanfreinée clouée sur une porte ou une partie pleine rainée.

Fig. 380. Barres à queue pour le même usage ; ces barres ont les champs corroyés à fausse équerre ou en pente ; elles sont plus larges d'un bout que de l'autre et encastrées dans des entailles faites à la demande sur la partie pleine. On les fait pénétrer avec le maillet jusqu'à ce qu'elles forcent d'une façon suffisante ; puis elles sont vissées ou non pour les fixer avec la partie ; une vis à chaque bout suffit pour la maintenir en cas de retrait en largeur de la barre.

L'entrée des barres est opposée ; et leur différence de largeur, observée dans l'espace qui les sépare, est figurée en lignes ponctuées sur la figure.

Dans les panneaux de lambris de grandes dimensions on évite au contraire de les visser pour permettre au panneau de se dilater ou de se retraiter.

Quand il est indispensable qu'une barre simple ou une barre à queue soit vissée, on ménage de la refuite (voy. ce mot), en allongeant le trou de vis de la barre, de façon à ce qu'elle ressemble à une mortaise ; le bois peut alors faire un mouvement dans les deux sens de largeur, suivant l'influence de la température qu'il subit.

Barre d'appui à profil olive  et profil à gorgeBarre d'appui. Moulure recouvrant un balcon de croisée ; le dessous de la barre d'appui est élégi d'une rainure de l'épaisseur de la traverse en fer ou fonte qu'elle doit recouvrir, épaisseur dans laquelle cette traverse vient s'encastrer. La barre d'appui se scelle dans les tableaux des croisées avec le balcon.

Elles se font de différents profils ; les plus employés sont le profil à olive (fig. 381) et le profil à gorge. Fig. 382. (Voy. devanture, saillie.)

Prix : Profil olive de 0m,055 X 0m,034 en chêne = 1 fr. 50.

Profil à gorge 0m,059 X 0m,041 — = 1 fr. 50.

Barre de fermeture. Barre qui sert à consolider une clôture, des volets de croisées ou de devantures de boutique. Ces barres sont le plus souvent faites en fer et maintenues par des gâches et des boulons à clavettes.

Barre de fermeture de porte charetiereLes portes charretières à deux vantaux de peu d'importance, sont quelquefois fermées avec une barre de bois ou bascule qui tourne autour d'un pivot fixé sur l'un des vantaux, et dont les extrémités viennent s'engager en basculant dans deux entailles pratiquées dans les ébrasements quand la porte est fermée. Ces entailles peuvent être remplacées par des crampons coudés, fixés en sens inverse sur les vantaux de la porte. Une auberonnière (voy. ce mot) fixée à la barre vient s'engager dans une serrure pour fermer le tout. Fig. 383.

Ce genre de fermeture prend aussi le nom de bascule ou de fléau. (Voy. ces mots.)

Prix : Men. Bois neuf, au mètre linéaire.

Barres d'appui profil olive de 0.055 X 0.034 :

En chêne .... P 1 fr. 65; S. 1 fr. 05.

En noyer .... 2 fr. 10.

En acajou. ... 3 fr. 45 (1ere qualité).

Barres d'appui profil à gorge de 0,059 X 0,041 :

En chêne .... P0 fr. 85; S. 1 fr. 50.

En noyer .... 2 fr. 34.

En acajou. ... 4 fr. 10 (1ere qualité).

Les barres d'appui en acajou en bois inférieur subissent une moins-value de 20 p. 100.

Bois neuf employé dans les réparations, au mètre linéaire.

Barres et emboitures sans assemblages, mais rainées (les assemblages et les entailles à queues comptés séparément suivant leur nature).

De 0m10 Chaque 0m01 en chêne (p) de large, plus ou en moins.

Vieux bois au mètre linéaire.

Barres, chevrons, fourrures, soliveaux, tringles, en bois brut, de 0m,027 à 0m,041 d'épaisseur jusqu'à 0m,12 de largeur.

Reposé.

Rétabli et reposé.

Débité à la scie, en sapin.

— en chêne.

Les assemblages sont comptés séparément suivant leur nature.

Prix (Voy. coulisse).

Barre d'écurie ou barre volanteBarre d'écurie ou barre volante. Pièce de bois cylindrique servant de séparation aux chevaux ; on lui donne 2m,50 à 2m,75 de longueur ; elle est fixée d'un côté à la mangeoire et suspendue à l'autre bout par une chaîne ou une corde ou à un poteau fixé dans le sol. (Voy. bat-flanc).

Prix : Men. Bois neuf brut, au mètre linéaire.

Prix établis pour bois au-dessous de 0m,11 d'épaisseur ; les travaux exécutés avec des bois d'épaisseur au-dessus sont considérés comme bois de charpente et payés, selon leur nature au mètre cube.

Barres, chevrons, fourrures, soliveaux, tringles, coins, joints, etc., coupés de longueur, ajustés et posés, jusqu'à : P = 0m,20 et S = 0m,25 de largeur.

Barres, bâtis, chevrons et soliveaux, assemblés à entaille ou à sifflet, jusqu'à un demi-assemblage par mètre.