<< Abatage

Abattre >>

Abatant

subs. masc.

S'écrit également Abattant.

Volet plein ou d'assemblage qui se lève ou s'abat à volonté au moyen de charnières ou de pivots le réunissant à une partie fixe.

Pour maintenir un abattant dans la position horizontale on emploie des coulisseaux , des crochets ou des consoles.(Voy. ces mots).

Coupe d'une table avec l'abattant abattuL'abattant le plus usité est celui dont on se sert pour augmenter les dimensions des tables.

Fig. 15. Coupe d'une table, l'abattant étant abattu.

Le coulisseau A est tiré au moyen d'une poignée en fer ; il est entaillé dans la traverse et maintenu par un taquet C qui sert de conduit et qui est vissé sous la table.

Ces abattants sont toujours ferrés par les menuisiers ou les ébénistes.

La figure 16 donne le détail du quart de rond fait sur le dessus de la table et du congé poussé sur l'abattant ; le centre en est donné par l'axe du nœud de la charnière. L'abattant étant abattu doit toujours avoir un recouvrement de quelques millimètres sur le quart de rond.

Charnière et quart de rond d'abattant. Abattants pour tablettesLa lame de la charnière qui est vissée sur l'abattant doit être plus large que l'autre de la largeur du congé ; ces charnières sont en fer et fabriquées spécialement pour cet usage (fig. 17).

Abattants pour Tablettes. Partie d'une tablette se rabattant sur ou contre le mur.

Ces abattants sont ferrés sur le mur ou sur des traverses qui y sont assujetties.

Fig. 18. Abattant avec barre fixée à plat sur le mur ; il est ferré avec des charnières posées en angle et soutenu par des crochets à pitons en fer.

Fig. 19. Abattant et barre de même épaisseur mais assez large pour recouvrir l'épaisseur d'une console en bois ou en fer qui se développe sur le mur.

Abattant ouvrant dans les lambrisAbattant ouvrant dans des lambris. Ces abattants se font principalement dans les lambris des salles à manger pour faciliter le service.

Fig. 20. Abattant limité en longueur par des panneaux à table saillante.

Fig. 21. Coupe du même abattant.

Quand les lambris ont une frise, l'abattant est limité en hauteur par la cymaise et l'astragale ; sa longueur est donnée par celle des champs qui se rapprochent le plus de la longueur donnée.

Les lambris avec pilastres saillants se prêtent très bien à cette disposition .

Abattant de stalle d'égliseSi le lambris n'a pas de parties saillantes dans la frise, il vaut mieux ouvrir franchement dans le milieu des champs. Il faut également éviter de faire des feuillures ou contre-feuillures qui pourraient gêner pour la pose des ferrures comme pivots ou arrêts.

La figure 22 montre la coupe du lambris à plus grande échelle.

Derrière l'abattant se trouve un revêtement cloué ou vissé sur des lambourdes scellées dans le mur.

Beaucoup de meubles, tels que tables à ouvrages, chiffonniers, secrétaires, etc., ont des abattants du même système.

Fig. 23. Coupe de hauteur d'un banc abattant de stalle d'église. (Voy. Stalle)

Le banc est figuré levé et la miséricorde (Voy. ce mot) est vue de profil.

Abattants pour caiers à trappesAbattants pour casiers à trappes. Ces abattants servent à fermer les casiers et garantir les marchandises.

La façade de ces casiers (fig. 24) se fait souvent en chêne apparent ; l'abattant est en lambris à petits cadres au parement, assemblés d'onglet à travers champ ; ils sont ferrés avec des pivots en fer qui coulissent dans des rainures pratiquées dans les montants.

Les rives des tablettes et des montants de face sont moulurées et assemblées d'onglet. Les montants de séparation sont assemblés en échelle ; les traverses supportent les fonds et sont élégies d'une rainure garnie d'une fourchette en fer qui sert de conduit au pivot fixe sur l'abattant. Les rives du devant des tablettes sont élégies d'une gorge pour le développement de l'abattant et embrevées avec la tablette

Fig. 25. Coupe de hauteur d'une case.

Fig. 26. Coupe de largeur .

Fig. 27. Coupe de hauteur des traverses de l'échelle.

Les revêtements cloués sur l'échelle servent de côtés et servent également de coulisseaux à l'abattant.

Abattant de casier à trappeLes figures 28 et 29 faites à une plus grande échelle montrent la fourchette servant d'arrêt au pivot et de garniture à la rainure de coulissage.

La profondeur du casier doit être suffisante pour recevoir l'abattant qui peut saillir de 2 à 3 centimètres sur la face afin de laisser une prise à la main pour l'abattre.

Fig. 30. Fourchette vue a plat.

Fig. 31. La même, vue de profil avec le pivot.

Le panneau de l'abattant est garni d'un porte-étiquette en métal.

Dans les magasins, on se sert aussi d'abattants ferrés à charnière, pour réunir la tablette supérieure de deux comptoirs ; on les relève pour le passage.

Abattants de sièges. Dans les water-closet, ces abattants recouvrent la lunette percée dans la tablette du siège au-dessus de la cuvette.

On les fait pleins et emboîtés ou en lambris d'assemblage.

Abattant de siège WCLeur mesure moyenne est de 0m35 à 0m40 de long sur 0m30 à 0m35 de large ; le recouvrement est de 0m05 environ du bord intérieur de la lunette ; ils sont parfois affleurés au-dessus du siège, ce qui augmente la longueur.

Les rives de devant et des cotés sont unies ou moulurées ; celle de derrière est abattue en pente pour que l'abattant reste incline étant relevé.

Les abattants doivent être collés ; les emboîtures devraient toujours être vissées pour résister à l'humidité.

Ils sont ferrés sur le dessus du siège avec des pivots à crapaudine ou avec des charnières. Les pivots sont préférables : un bouton placé en avant sert à les relever.

Fig. 32. Abattant emboîté.

Fig. 33. Abattant en lambris arasé sur la face supérieure ; celle de dessous à glace.

Fig. 34. Abattant assemblé d'onglet à travers champ : face supérieure arasée ; celle de dessous à petit cadre.

Abattant de siège wc et abattant de secrétaireFig. 35. Profil de la rive de derrière de l'abattant avec le pivot et la crapaudine vue sur le côté.

Fig. 36. Abattant, pivot et crapaudine vus en dessus.

Fig. 37. Rive de derrière de l'abattant, pivot vu de face et crapaudine vue en bout.

Ebén. Notre figure 38 représente un chiffonnier à abattant. Ce mot, en ébénisterie, désigne toutes les parties mobiles de tables, bureaux, secrétaires, etc., qui s'abattent de haut en bas.