<< Vitré

Vive-arête >>

Vitrine

subs. fém.

Vitrine de magasin, par M. Charles PlumetOn donne le nom de vitrine à la partie d'une devanture extérieure ou d'un agencement intérieur de magasin fermé par des vitres, partie dans laquelle on met les objets à vendre ou à montrer. La vitrine est donc essentielle dans l'agencement d'une boutique, elle constitue le cadre intéressant de la devanture, comme elle constitue la disposition la plus importante de son ameublement intérieur. Il n'est donc pas étonnant que la menuiserie et l'ébénisterie se soient mises en frais pour donner, en maintes occasions, le plus grand éclat à ces sortes de travaux.

Les vitrines anciennes, situées dans des rues presque toujours étroites et peu éclairées, étaient peu décoratives et il faut remonter aux dernières années du second Empire pour trouver des agencements intérieurs ou extérieurs de magasins méritant un peu d'attention. A mesure que les voies se sont faites plus larges, que la rue est devenue de plus en plus une sorte de galerie où tous les efforts des arts industriels se sont donné rendez-vous avec leur aspect le plus séduisant, à mesure que l'instruction artistique s'est développée et généralisée, les vitrines se sont faites plus coquettes, plus attirantes et l'on en trouve aujourd'hui qui sont des œuvres bien venues, intéressantes et fort étudiées ; elles constituent un appel direct, immédiat à l'attention du passant qui peut devenir un acheteur.

Nous classons dans la même catégorie les vitrines d'exposition ; ce sont, en réalité, des sortes de magasins où les articles sont exposés en vue de la vente. Les mêmes agencements sont pris pour ces vitrines comme pour celles des magasins ; elles appartiennent donc à la même sorte de travaux.

Elles constituent, les unes et les autres, ce que l'on peut appeler des vitrines fixes pour les distinguer des vitrines mobiles, telles que : pavillons-vitrines, vitrines à un ou plusieurs corps, etc., qui peuvent se déplacer et qui font partie d'une autre catégorie de travaux.

Les exemples que nous donnons ci-après des vitrines fixes donnent une idée de l'originalité et du soin apportés dans cette menuiserie décorative devenue aujourd'hui une spécialité de quelques maisons (1).

Fig. 4338. Vitrine de magasin, par M. Charles Plumet, architecte à Paris.

Fig. 4339. Vitrine de magasin, par le même artiste en collaboration avec M. T. Selmersheim.

Vitrine de magasin

Fig. 4340. Vitrine de magasin, par M. Louis Martin, architecte à Paris.

Vitrine de magasin, par M. Louis Martin

Fig. 4341. Vitrine du Grill-Room du Grand Hôtel à Bruxelles, exécutée sur les dessins de M. P. Hankar, architecte à Bruxelles.

Vitrine du Grill-Room du Grand Hôtel à Bruxelles

Fig. 4342. Vitrine, par M. Dauvergne, architecte à Paris.

Vitrine, par M. Dauvergne

Fig. 4343. Vitrine au Château de Pierrefonds, exécutée par M. Ronsin, menuisier à Paris, sur les dessins de M. Viollet-le-Duc ; la figure 4344 donne en A. B. C. la section d'une colonne d'angle, le détail d'angle et la coupe verticale du soubassement.

Vitrine au Château de PierrefondsVitrine au Château de Pierrefonds

(1) Les figures 4338, 4339, 4340 et 4344 sont extraites de l'Art Décoratif.

Fig. 4345. Vitrine dessinée par M. Ballu, architecte à Paris pour l'Exposition de la République Argentine et exécutée par M. Drouard, ébéniste à Paris ; échelle de 0,00165 p. m.

Vitrine dessinée par M. Ballu

Fig. 4346. Vitrine intérieure de magasin exécutée par MM. Camps et Cheminon ; échelle de 0,023 p. m. ; la figure 4347 donne les détails et coupes des parties essentielles ; échelle de 0,063 p. m.

Vitrine intérieure de magasin exécutée par MM. Camps et CheminonVitrine intérieure de magasin exécutée par MM. Camps et Cheminon

Fig. 4348. Vitrine de magasin algérien, exécutée d'après les dessins de M. Wable, architecte : la figure 4349 donne des détails à l'échelle de 0,063 p. m.

Vitrine de magasin algérien, exécutée d'après les dessins de M. WableVitrine de magasin algérien, exécutée d'après les dessins de M. Wable

Fig. 4350. Vitrine d'Exposition pour le Chili ; exécutée d'après les dessins de M. Picq, architecte ; échelle 0,023 p. m.

Vitrine d'Exposition pour le Chili

Les figures 4351 et 4352 en montrent les détails à l'échelle de 0.10 p. m.

Vitrine d'Exposition pour le Chili ; exécutée d'après les dessins de M. PicqVitrine d'Exposition pour le Chili ; exécutée d'après les dessins de M. Picq

Fig. 4353. Vitrine, pavillon mexicain ; échelle de 0.02 p. m. ; dont les détails sur la figure 4354 ; échelle de 0.04 p. m.

Vitrine, pavillon mexicainVitrine, pavillon mexicain

Les parties ouvrantes des vitrines fixes ou mobiles sont disposées comme celles des armoires, soit à feuillures, soit à coulisses, etc.

Les nécessités des Expositions ont donné naissance à des vitrines de toutes sortes, selon la place dont les exposants pouvaient disposer. Nous venons de voir, par les exemples précédents, qu'elles avaient, très souvent ou presque généralement, l'apparence de véritables magasins. Même disposition pour le tableau, pour le soubassement, pour la partie vitrée ; même recherche de la décoration et de tout ce qui peut attirer et arrêter l'attention du promeneur. Il suffira de se reporter à notre mot « magasin » pour connaître les conditions d'exécution et d'assemblage de ces travaux les sortes de vitrines dont nous venons de nous occuper étant traitées, au point de vue du travail sur bois, exactement comme le sont les boutiques et magasins.

vitrine sous forme de magasin isoléDetails vitrine M. de Bourren

D'autres vitrines se présentent sous la forme de traitées, au point de vue du travail sur bois, exactement comme le sont les boutiques et magasins. D'autres vitrines se présentent sous la forme de magasin isolé comme la figure 4355 échelle de 0.023 p. m. exécutée sut les dessins de M. de Bourren architecte à Paris ; la figure 4356 en donne les détails principaux à l'échelle de 0.083 p. m... D'autres vitrines prennent absolument l'aspect de pavillons isolés et donnent lieu à d'intéressants morceaux de menuiserie. La figure 4357 est une vitrine-pavillon exécutée pour le Brésil par M. Dauvergne architecte à Paris ; les figures 4358, 4359 en montrent les détails importants à l'échelle de 0.03 p. m.

vitrine pavillon Dauvergnevitrine pavillon Dauvergnevitrine pavillon Dauvergne

La figure 4360 provient de l'Exposition suisse ; elle se compose d'un pavillon central formant le noyau de deux rangées de vitrines basses en équerre, ainsi que le montre le plan 4361. La disposition de ces vitrines est très habile ; la figure 4362 donne quelques détails à l'échelle de 0.03 p. m.

Vitrine exposition suisseVitrine exposition suisseVitrine exposition suisse

Enfin la figure 4363 est encore un type de pavillon-vitrine, de forme très élégante et qui a été construit sur les dessins de MM. Camps et Cheminon.

pavillon-vitrineTelles sont, au point de vue de la menuiserie proprement dite, les vitrines faisant partie de magasins ou même, comme dans les Expositions, en tenant lieu. Comme nous l'avons dit, leur construction est exactement celle des devantures de boutique.

L'ébénisterie a, elle aussi, construit une variété presque indéfinie de meubles de toutes sortes, de tous les styles, de toutes les formes, de toutes les richesses, destinés à recevoir les menus bibelots que l'on désirait avoir sous les yeux tout en les tenant à l'abri de la poussière, des chocs ou des indiscrétions.

Il était indiqué que, à une époque comme la notre où le bibelot, la collection sont si fort en faveur, on devait se munir de meubles permettant de conserver ces choses plus ou moins précieuses, d'en jouir, tout en les protégeant. Aussi le talent des ébénistes fut-il porté avec entrain vers les meubles de cette nature. On en a fait et on en fait encore de tous les genres ; depuis les plus simples jusqu'aux plus riches, depuis les plus classiques jusqu'aux plus fantaisistes. Et l'amour de l'ébénisterie entraînant quelquefois nos artistes, ceux-ci en sont parfois arrivés à oublier que le programme qui s'impose à une vitrine, c'est de distribuer le plus de lumière possible sur ce qu'elle contient tout en permettant d'examiner les objets sur toutes leurs faces. Une vitrine devrait être, presque exclusivement, en glaces : un fond, des montants, un dessus et un soubassement ; mais les trois faces en verres ou en glaces ; que les objets y puissent êtré examinés, regardés, étudiés sans qu'il soit nécessaire d'ouvrir le meuble ; tel est le programme dont on ne devrait jamais s'écarter. Nous allons voir que nos plus fameux ébénistes l'ont oublié quelquefois et que le désir de faire un beau meuble l'a emporté souvent sur la nécessité de faire un meuble correspondant exactement au service qu'il doit rendre.

Pour la facilité des recherches et la meilleure classification des documents, nous avons divisé les vitrines en trois catégories que nous traiterons successivement, soit que les vitrines tiennent davantage de la menuiserie, soit qu'elles ressortent plutôt à l'ébénisterie.

Dans la première catégorie, nous avons classé les vitrines construites de façon à présenter ou pouvoir présenter trois surfaces de vitrine, ce sont celles qui, pour le moins de place occupée, permettent de montrer le plus grand nombre d'objets. Nous traiterons ensuite celles n'offrant que deux, puis celles n'offrant qu'une seule surface de vitrine.

La figure 4364, qui reproduit un meuble vitrine de la grande salle de la Bibliothèque de Grenoble, est très bien comprise et réalise absolument le programme que nous fixons plus haut de la bonne disposition d'une vitrine. Les surfaces d'exposition sont aussi nombreuses, aussi développées que possible, alors qu'au contraire la partie de menuiserie en a été très ménagée. Elle a été exécutée d'après les dessins de M. Questel, architecte. Les figures 4365 et 4366 en montrent la coupe et la face latérale à l'échelle de 0,035 par mètre.

meuble vitrine de la grande salle de la Bibliothèque de Grenoble

La figure 4367, provenant du Pavillon de la République Argentine est construite sur les mêmes données que la précédente. Le soubassement est carré ; il mesure 0m,90 de hauteur pour 1m,70 de développement. Il soutient une partie inclinée qui supporte elle-même une armoire de 0m,80 de côté. L'ensemble du meuble a 1m,70 de largeur pour une hauteur de 2 mètres. La figure 4368 en donne des détails. L'ensemble est à l'échelle de 0m,05 par mètre et les détails à 0,15 par mètre.

Vitrine Pavillon de la République ArgentineVitrine Pavillon de la République Argentine

La figure 4369, de même provenance, dont les figures 4370 et 4371 donnent les détails est d'une disposition semblable aux précédentes. La hauteur totale du meuble est de 2m,32 depuis le sol jusqu'à la galerie supérieure.

Vitrine Pavillon de la République Argentine

Vitrine Pavillon de la République ArgentineVitrine Pavillon de la République Argentine

Le soubassement est formé de panneaux séparés par des pilastres de 0m,08 de largeur pour une hauteur de 0m,55 ; ils sont posés sur une plinthe moulurée de 0m,12 et soutiennent un corps de moulures de 0m,20 dont la partie inférieure fait, à l'intérieur, plancher de la partie inclinée. Celle-ci est vitrée et a 0m,25 de hauteur.

Au-dessus de cette partie inclinée est le corps du haut composé d'une partie verticale et d'une partie inclinée terminée par une galerie. Ce corps du haut a une largeur de 1m,03. Chaque angle est terminé par une colonne de 0m,50 de hauteur. Le développement de la galerie qui termine le meuble dans sa partie supérieure n'est plus que de 0m,55 par face.

La figure 4372, provenant du Pavillon du Mexique suit un programme semblable à celui des figures précédentes. Le soubassement est plein ; c'est là que l'on dépose les articles de réassortiment ; les panneaux en sont ouvrants. Ce soubassement a une hauteur de 0m,80, une largeur de 3m60 et une profondeur de 0m,90 ; il forme, en plan, un rectangle qui aurait, en avant, un décrochement de 0m,40 de saillie.

Vitrine du pavillon du Mexique

La hauteur de la partie inclinée et vitrée qui le surmonte est de 0m,16.

Le corps vertical qui est au-dessus forme un rectangle de 0m,46 de profondeur pour 2m,60 de développement en façade et une hauteur de 2m,10.

Bien que le meuble que reproduit la figure 4373 ne présente que deux surfaces d'exposition, sa disposition a avec les précédentes trop d'analogie pour qu'il ne prenne pas place dans cette première catégorie.

Vitrine modern'styleDétail vitrine art nouveau

Ce meuble est exécuté en bois doré, d'après les dessins de M. G. de Feure, il est en modern'style et a figuré au Salon de Paris 1901.

La figure 4374 donne, à plus grande échelle, le détail d'un angle (1).

(1) Figures 4373-4374 d'après L'Art Décoratif.

Nous donnerons le nom de vitrines à deux corps à celles qui ne présentent que deux surfaces différentes d'exposition. Ces vitrines sont exécutées également par le menuisier et par l'ébéniste. La figure 4375 est de ce nombre ; elle est exécutée d'après les dessins de M. Glaize, architecte à Paris, nous en donnons l'élévation ainsi que la coupe, figure 4376 ; échelle de 0,05 p. m.

vitrines à deux corpsvitrines à deux corps

La figure 4377 est du même auteur ; c'est une vitrine basse, destinée à être posée sur une table ou des chevalets. Elle se compose d'une partie inclinée surmontée d'une partie verticale. Nous en donnons la coupe verticale à l'échelle de 0,065 p. m.

Vitrine basseVitrine basse

Il en est de même de la figure 4378 que nous donnons en élévation et coupe et qui est de même origine ; c'est une menuiserie simple, comme le sont très souvent ces travaux pour Exposition qui n'ont qu'une durée éphémère ; échelle de 0,033 par mètre.

La figure 4379 offre cette particularité qu'elle est établie pour être vue sur les deux faces ; elle a été exécutée par M. Bontemps, menuisier à Clermont.

Vitrine à deux faces

Le meuble vitrine dessiné par M. Dauvergne, architecte à Paris et que donne la figure 4380, mesure 2m30 de hauteur totale ; il est de forme hexagonale, et à chaque angle de l'hexagone est une colonette. Les six faces sont vitrées et peuvent s'ouvrir. La largeur totale est de 1m20. Nous donnons, figure 4381, quelques détails.

Meuble vitrineMeuble vitrine

C'est également un meuble vitrine que reproduit la figure 4382 ; il est exécuté par MM. Flachat et Cochet, de Lyon. C'est un morceau délicat d'ébénisterie simple mais bien comprise.

Meuble vitrine

Les vitrines à un corps comprennent, d'après notre classification, celles qui n'ont qu'une seule surface d'exposition, de vitres ; c'est presque toujours le cas des meubles vitrines de nos appartements. C'est aussi quelquefois le cas des vitrines d'Exposition, comme le montre la figure 4383 dont la figure 4384 donne les détails. Elle mesure 1m70 de hauteur totale jusqu'aux fleurons d'angle, pour une hauteur et une profondeur de 1m10.

Vitrine d'expositionVitrine d'exposition

La figure 4385 est un meuble carré, composé de quatre pieds profilés et moulurés, reliés entre eux par des panneaux et supportant une partie vitrée inclinée surmontée d'une tablette moulurée. Les quatre faces sont semblables ; le meuble est carré.

meuble vitrine carré

La figure 4386 est une vitrine du Pavillon du Brésil ; elle a été exécutée sur les dessins de M. Dauvergne, architecte. Elle se compose d'une partie pleine servant de soubassement à une vitrine horizontale fermée par une glace inclinée. La partie pleine, qui mesure 0m90 de hauteur, est formée de panneaux moulurés servant de portes à des placards. Notre figure donne l'élévation à l'échelle de 0,025 p. m. ; et les détails à celle de 0,075 p. m.

vitrine du Pavillon du Brésil

La figure 4387 est une vitrine de magasin de bijouterie dont nous donnons une face latérale ; les trois autres sont semblables.

vitrine de magasin de bijouterie

La plupart des vitrines dont nous venons de nous occuper sont plus du domaine de la menuiserie que de celui de l'ébénisterie. Quelques modèles suffisent pour donner une idée de ce que sont les vitrines d'appartements.

Elles se font de tous les styles et sont susceptibles de toutes les richesses et de tous les genres de décoration. Il eût été surprenant qu'à une époque où le culte du bibelot a de si nombreux fervents, on ne mît pas le plus grand soin à l'écrin devant contenir tant de merveilles. La vitrine est donc devenue un véritable bibelot à son tour, un vrai objet d'art.

Les incrustations, les marqueteries, les niels, tout est mis en œuvre pour la décorer.

Elle est vitrée ou sans vitre ; elle se présente sous l'aspect de la vitrine ordinaire ou sous celui d'une armoire à étagères latérales ; toutes les fantaisies lui sont acceptables et les exemples qui vont suivre montreront l'originalité souvent intéressante de ces meubles.

Vitrine modern'styleLes figures 4388, 4389, 4390, 4391, sont des vitrines exécutées par MM. Majorelle, ébénistes à Nancy. Il n'est pas nécessaire de souligner les soins apportés dans l'exécution de ces meubles par les ébénistes lorrains qui tiennent une si grande place dans l'ébénisterie contemporaine.

Ces quatre vitrines sont en Modern'style. Tous ces exemples montrent une fois de plus la ressemblance frappante qui existe entre le style japonais et le Modern'style ; mêmes formes d'ensemble, grandes analogies dans les formes ornementales, emploi des mêmes procédés décoratifs. Il suffit de regarder ces trois meubles pour se convaincre une fois de plus des emprunts nombreux que le Modern'style a fait à l'art japonais. Il n'est pas jusqu'aux bois mis en usage par ces Orientaux, qui ne leur aient été demandés. (Voy. modern-style.)

Vitrine art nouveau MajorelleVitrine art nouveau MajorelleVitrine art nouveau Majorelle

La figure 4392 (Art Décoratif) est exécutée sur les dessins de MM. Ch. Plumet et Tony Selmersheim ; elle est aussi en Modern'style et sa simplicité ne manque pas d'élégance.

Vitrine art nouveau MM. Ch. Plumet et Tony Selmersheim

La figure 4393 (Art Décoratif) est exécutée sur les dessins de M. Hérold.

Vitrine art décoRemarquons combien, dans tous ces meubles, l'emprunt se fait également au style Louis XV, quant aux galbes donnés aux lignes. Il ne pouvait en être autrement : du moment que les novateurs répudiaient d'une façon presque générale la ligne droite (verticale ou horizontale) qui avait formé jusqu'à ce jour la mouluration, ils devaient fatalement tomber dans les lignes galbées qui sont la caractéristique d'une période du style Louis XIV, mais surtout de tout le style Louis XV. On trouvera donc des réminiscences nombreuses de Louis XV dans les œuvres Modern'style ; non pas dans l'ornementation, puisqu'il est entendu que le style nouveau ne veut pas d'ornements ; il prétend que toute l'ornementation doit être tirée de la flore, presque sans stylisation. Mais s'il n'emprunte pas au style Louis XV son ornement, il lui emprunte ses pieds galbés, ses devantures galbées, ses ceintures contournées ; et si nous soulignons ces emprunts, c'est surtout pour montrer combien il est malaisé de faire du nouveau, combien il est audacieux de croire qu'un style peut naître de toutes pièces, du jour au lendemain, n'ayant aucune corrélation aucun point de contact avec ce qui a précédé. Tout a été fait, peut-on dire, en matière d'art décoratif ; il faut donc admettre que les nouveautés ne seront que des adaptations de choses déjà vues ; elles n'en seront pas moins intéressantes soit qu'elles émanent d'une évolution générale de la décoration, soit qu'elles proviennent d'une personnalité artistique leur mettant son empreinte.

Le Modern'style que l'on n'a pas le droit de biffer de la production artistique, aura rendu ce service d'affranchir un peu les styles classiques, de familiariser notre œil avec certaines lignes qui nous auraient peut-être effrayés autrefois.

Il aura donc eu, quelque éphémère que puisse être sa durée, sa raison d'être et son utilité.

Vitrines Majorelle frèresVitrines Majorelle frères

Les figures 4394 et 4395 sont également dues au talent de MM. Majorelle frères. Est-il vraiment nécessaire de détailler ces meubles pour montrer que dans les lignes ondulées, dans le galbe des pieds, dans leur aspect général, elles tiennent absolument du style Louis XV, comme elles tiennent de l'art japonais par l'ornement. Sans doute, ce ne sont pas des copies, mais c'est une inspiration immédiate, directe et dont l'origine ne peut être mise en doute.

Vitrine Louis XIV et Louis XVEnfin, nous donnons dans les figures 4396, 4397 4398, 4398A , 4398B des vitrines de style Louis XIV, Louis XV, Louis XVI ; elles sont de richesses différentes. Ces vitrines sont souvent décorées de sujets peints au vernis martin, comme l'indique la figure 4398.

Les figures 4396 (Louis XIV), 4397 (Louis XV), 4398A (Louis XVI), 4398B (Louis XVI) sont faites d'après les dessins de M. Marcal, dessinateur à Paris, dont la répulation comme artiste d'ameublement n'est plus à faire.

Vitrine Louis XVI et vernis MartinVitrine Louis XVI

Enfin la figure 4398C reproduit, d'après les Arts Décoratifs une fort gracieuse vitrine exécutée par MM. Majorelle, de Nancy, c'est une oeuvre originale et qui, dans son Modern'style trahit bien ses origines orientales, asiatiques.

Vitrine Majorelle art décoL'importance de la vitrine dans la menuiserie et dans l'ébénisterie est donc considérable ; ayant pris son point de départ dans les installations intérieures ou extérieures des magasins, elle a peu à peu pénétré dans les appartements, dont elle est devenue un élément de décoration. La grande frénésie qui sévit un peu chez tous pour le bibelot n'a pas été inutile au grand développement qui a été donné aux vitrines ; nous devons même ajouter, et les exemples que nous avons reproduits le prouvent, que la plupart sont fort coquettes et d'une composition charmante.